Communiqué de presse

Un quart de siècle pour la Chambre de la sécurité financière

  • La Chambre clôt son AGA en rappelant les avantages de l’encadrement multidisciplinaire
  • La professeure Hélène Belleau fait le point sur la Chaire Argent, inégalités et société
  • La Chambre souligne l’apport de Mme Anne Côté, membre sortante du conseil

Québec, le 9 mai 2024 – La Chambre de la sécurité financière (la «Chambre» ou la «CSF») tenait aujourd’hui son assemblée générale annuelle (AGA), marquant un quart de siècle d’engagement envers la protection du public et le soutien du professionnalisme de ses membres. L’événement était l’occasion de souligner les importantes réalisations de l’organisation, tant au cours de la dernière année qu’à travers son parcours, en présence de plus d’une centaine de délégués membres.

«L’expertise et la connaissance des principes de bonne gouvernance de nos administrateurs, incluant nos collègues nommés par le ministre des Finances, forment un conseil solide. Je tiens à le dire, ce conseil comprend pleinement la complexité des enjeux auxquels fait face un organisme voué à la protection du public», a déclaré le président du conseil d’administration, M. Gino-Sebastian Savard. «Tout au long de l’exercice, nous avons respecté les normes les plus élevées en matière d’administration et de gouvernance, en plus de poursuivre nos importants travaux relatifs à la planification stratégique de notre organisation et de veiller à l’intégration des nouveaux administrateurs».

L’encadrement multidisciplinaire des professionnels est une particularité du système québécois qui assure une supervision optimale des intermédiaires exerçant dans plus d’une discipline, en plus de faciliter des conseils professionnels intégrés aux Québécois. Ce système donne aux consommateurs l’avantage d’être conseillés de manière holistique par des professionnels et donc d’être mieux protégés. «Nous avons eu la bonne idée, il y a 25 ans, de cet encadrement multidisciplinaire des intermédiaires en services financiers et, bien que nous soyons toujours les seuls au Canada à avoir cette approche globale, nous sommes persuadés que c’est ainsi que les professionnels peuvent apporter une valeur ajoutée aux consommateurs. C’est donc ici, chez nous, que les consommateurs de produits et services financiers sont les mieux protégés et c’est pourquoi nous encourageons nos membres à être multidisciplinaires dans l’exercice de leur profession. C’est également au Québec que les conseillères et conseillers sont les mieux formés, en raison de nos critères exigeants qui placent les standards à la hauteur des responsabilités des professionnels que nous encadrons», a précisé M. Savard. 

 

2023: une année bien remplie

En 2023, la Chambre a fait preuve d’un engagement continu et d’une grande proactivité. Elle a répondu avec détermination aux défis croissants de l’industrie de la distribution de produits et services financiers, tout en s’impliquant activement auprès de ses quelque 34 000 membres et des parties prenantes de l’industrie pour assurer une meilleure protection du public.

« Je suis heureuse de cette si belle année 2023, marquée par des actions structurantes visant à renforcer la confiance des consommateurs et à mieux soutenir le professionnalisme de nos membres », a déclaré la présidente et chef de la direction, Me Marie Elaine Farley. Parmi ces actions, notons la conclusion réussie du plan stratégique 2021-2023 qui a fait de la Chambre un acteur incontournable au sein de son écosystème. De même, le développement d’une nouvelle stratégie de développement professionnel, qui vise à démocratiser l’accès à des formations de qualité, et la mise en place d’une chaire de recherche et de formation, la Chaire Argent, inégalités et société, ont été des jalons importants démontrant l'engagement continu de la Chambre envers l'excellence et le soutien au développement professionnel des conseillers », de conclure Me Farley.

 

Chaire Argent, inégalités et société

En marge de l’assemblée générale annuelle, les délégués ont pu entendre la professeure à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), Mme Hélène Belleau, qui est également titulaire de la Chaire Argent, inégalités et société, inaugurée à l’automne 2023. Mme Belleau a fait état des avantages de ce partenariat pour la société québécoise en général ainsi que les membres de la Chambre.

Mme Belleau a également profité de l’occasion pour poursuivre sa recherche dans le cadre des travaux de la Chaire, dont le premier projet porte sur les situations de vies complexes des Québécoises et des Québécois, en tenant une consultation avec les délégués présents. «L’engagement des conseillers membres de la Chambre m’impressionne et aujourd’hui ne fait pas exception», a-t-elle déclaré. «Les conseillers sont consciencieux, soucieux de leurs clients et hyper intéressés par de nouveaux savoirs, et quel plaisir de faire affaire avec tous ces professionnels qui ont un rôle si importantauprès de nos concitoyens ».

Comme elle l’a fait par exemple avec la création de cette Chaire, la Chambre s'engage à continuer d'innover et de répondre aux besoins changeants de ses membres, de la communauté financière dans son ensemble et du public qu’elle protège.

 

La Chambre souligne la contribution de Mme Anne Côté

Après neuf années au sein du conseil d’administration de la Chambre, Mme Anne Côté cèdera sa place, tel que le prévoit la Loi sur la distribution de produits et services financiers, et ce, après avoir complété trois mandats. Le ministre des Finances nommera un successeur prochainement. Mme Côté a été impliquée dans de multiples comités, en plus d’être vice-présidente du conseil et de présider le comité de gouvernance et d’éthique de la Chambre, qui s’intéresse aux règles et pratiques de gouvernance, aux politiques relatives à l’éthique, à la déontologie, à la gestion des risques, à la composition du conseil et de ses comités, au recrutement des administrateurs indépendants, ainsi qu’à l’évaluation de la performance des instances du conseil d’administration de la Chambre depuis de nombreuses années.

«Anne a joué un rôle d’une grande importance pour la crédibilité de notre organisation depuis 2014. Et elle avait toute l’autorité morale pour l’assumer, avec sa profonde connaissance du droit, sa très grande expertise en matière de gouvernance, ainsi que son intégrité sans faille», a souligné M. Savard.

Pour en savoir plus, téléchargez le rapport annuel 2023 de la CSF.

À lire aussi